L'actualité du dépannage informatique

apercu-blog

Le développement d’Internet, des communications en ligne et la multiplication des supports de communication ont été un support privilégié et un terrain de jeu exceptionnel pour les arnaqueurs et escrocs digitaux de tous poils, qui continuent de parier sur la méthode de la peur.
Votre ordinateur est bloqué et on vous demande d’appeler un numéro de téléphone ? Un message soudain apparaît et vous demande de contacter le “support Microsoft” et vous fournit un numéro de téléphone ? Vous pensez rencontrer un problème d’écran bleu ou d’écran noir ?

Vous êtes très probablement la cible d’une escroquerie très répandue : l’arnaque au faux support technique.

 

 

Nous allons dans cet article répondre à toutes vos questions :
Un message me demande d’appeler un numéro de téléphone sur mon ordinateur : que dois-je faire ?
J’ai appelé le numéro de téléphone qui est apparu, ils ont pris la main sur mon ordinateur : suis-je piraté ?
J’ai payé une prestation à ce faux support technique : qu’ont-ils fait sur mon ordinateur, et que dois-je faire maintenant ?
Comment fonctionnent ces arnaques au faux support technique ?
Comment vérifier la fiabilité d’un prestataire en dépannage informatique ?

 

 

Mon ordinateur bloqué me dit d’appeler un numéro de téléphone : que faire ?

 

Vous êtes tranquillement en train d’utiliser votre ordinateur, généralement en train de surfer sur Internet. Soudainement, une nouvelle fenêtre ou un message d’erreur inquiétant s’affiche sur votre écran.

 

Etape 0 : la menace initiale

 

Une nouvelle fenêtre de votre navigateur s’ouvre : “Un virus a été détecté sur votre ordinateur”, ou encore “Windows a été bloqué sur votre ordinateur”. Dans certains cas, le graphisme des messages est travaillé pour ressembler à une authentique alerte de Windows (ou de MacOS). Dans d’autres, les efforts peuvent être moindres mais le message est encore plus pressant : il y a urgence, vos données sont compromises, et vous devez remettre votre équipement entre les mains d’un prétendu expert Windows qui règlera la panne informatique. Regardons un exemple typique de ces messages d’erreur qui caractérisent l’arnaque au faux support technique.

 

Ecran d'erreur - arnaque au support technique

Source : signal-arnaques.com

 

Ce message ci-dessus s’affiche de manière intempestive. Il utilise une boîte de dialogue corrompue de votre navigateur : dans la plupart des cas, il n’est pas possible de fermer ce pop-up, en le fermant avec la croix ou en cliquant sur OK. Le message bloque l’utilisateur car tout clic en dehors du pop-up fait clignoter le message, et génère un signal sonore d’erreur. Ici, les escrocs insistent particulièrement sur le fait qu’il ne faut pas redémarrer votre ordinateur. La déduction logique d’un lecteur de ce message est que le redémarrage aurait des conséquences graves sur son ordinateur, ou même sur ses données ! Cela est bien sur faux. Nous verrons plus bas les actions à réaliser face à ce message (et le redémarrage de l’ordinateur en fait partie). Le 2ème élément important de ce message est le code fourni sur le pop-up : cet élément est particulièrement pernicieux, puisqu’il ne sert absolument pas à débloquer votre ordinateur. Il donne au message une valeur technique et “codée” afin de mieux menacer l’utilisateur et lui faire croire qu’il s’agit d’un problème informatique sérieux. Il aurait surtout comme fonction principale d’être une source de donnée précieuse pour les escrocs : en associant des codes à leurs différentes campagnes de diffusion de leurs pop-ups (voir plus loin le modus operandi des escrocs), ils peuvent mesurer l’efficacité de leurs campagnes en récupérant le code auprès de la personne effectivement arnaquée !

 

Enfin, il est important de noter que Microsoft, ni aucune entreprise sérieuse de dépannage informatique, ne fournira un numéro de téléphone de contact lors d’un événement de ce type qui bloquerait votre ordinateur.

Alors, que faire face à ces pops-ups qui bloquent l’ordinateur ? Dans un premier temps, il est très important de faire exactement ce que les escrocs ne veulent pas que vous fassiez face à votre ordinateur bloqué par un pop-up : ne paniquez pas !

 

Etape 1 : ne jamais appeler le numéro de téléphone

 

Il est très important de ne jamais appeler le numéro de téléphone qui vous est présenté, et de ne pas répondre à leurs sollicitations par téléphone ou email s’ils ont vos coordonnées. En effet, toute l’arnaque repose sur leurs capacités de persuasion : des années de pratique ont rendu certain de ces opérateurs illégaux particulièrement doués pour convaincre les plus sceptiques. De plus, le fait d’appeler le numéro rémunérera un maillon de la chaîne d’escrocs (voir plus loin le modus operandi).

 

Etape 2 : Ne touchez à rien et prenez des photos

 

Face à la diversité des formes d’arnaques déployées par les escrocs, les bonnes pratiques élémentaires en terme de sécurité doivent être appliquées. Si vous n’avez pas appelé le numéro de téléphone affiché, et que vous n’avez pas donné l’accès à votre ordinateur, les probabilités de compromission de votre ordinateur sont très faibles. Toutefois, la prudence reste de mise. Nous vous recommandons donc dans un premier temps de ne toucher à rien, et de prendre des photos (avec votre smartphone par exemple) du pop up d’arnaque.

 

Etape 3 : débloquer l’ordinateur

 

Les pops-up de faux virus sont souvent conçus pour ne pas être fermés facilement : s’ils l’étaient, la menace ne serait pas suffisamment pesante et surtout, le numéro de téléphone à contacter ne serait plus à disposition de la victime. Il ne manquerait plus qu’elle contacte un service honnête de dépannage informatique ! Il existe ici 2 cas distincts :

 

– L’ordinateur semble complètement bloqué, et vous n’arrivez plus à fermer les fenêtres. Vous n’arrivez pas à lancer un redémarrage par le menu démarrer, et le menu du gestionnaire des tâches (accessible en faisant Ctrl+Alt+Suppr.) n’est pas accessible également. Nous vous recommandons dans ce cas de forcer le redémarrage de votre ordinateur, en appuyant longuement sur la touche marche/arrêt de votre ordinateur, puis en le rallumant quelques secondes plus tard.

 

– Seul votre navigateur semble bloqué, et les autres logiciels fonctionnent. Dans ce cas, le menu du gestionnaire des tâches est souvent accessible : il vous suffit alors de vous rendre dans le gestionnaire des tâches, dans l’onglet Processus, de cliquer sur votre navigateur (sur la capture d’écran ci-dessous, Google Chrome) puis sur “Fin de tâche” en bas à droite. Dans certains cas plus simples, presser les touches Alt et F4 en même temps suffisent à fermer le navigateur.

 

Mettre fin à la tâche via le gestionnaire des tâches

 

Dans certains cas, le navigateur reste incontrôlable même s’il est redémarré. Dans ce cas, nous vous suggérons de vider le cache de votre navigateur. Il est aussi parfois utile de réinitialiser le navigateur vers ses paramètres par défaut.
Enfin, en cas de grosses difficultés, nous vous recommandons de tenter un démarrage en mode sans échec, afin de lancer Windows en désactivant quelques fonctions clefs du système.

Dans la très grande majorité des cas, ces premières actions suffisent à débloquer l’ordinateur. Si vous n’y parvenez toujours pas, il est fort possible que le programme malveillant soit plus sophistiqué, ou qu’il génère d’autres problèmes sur votre ordinateur en créant des conflits logiciels. Cela peut notamment arriver si votre système d’exploitation n’est plus à jour.

 

Etape 3 : nettoyer et sécuriser votre ordinateur

 

Même si vous avez réussi à débloquer votre ordinateur, il est impératif de procéder à un nettoyage logiciel et de sécuriser ce dernier. En effet, même si la tentative d’escroquerie au faux virus n’était qu’un leurre, votre ordinateur a été exposé et contient encore le programme malveillant (probablement parmi d’autres). Il est donc essentiel de supprimer définitivement la menace. Pour cela, un nettoyage approfondi de votre ordinateur est de mise. Une fois votre ordinateur nettoyé, vous devez vérifier que les dernières mises à jour de sécurité sont installées, et que votre antivirus est bien actif et à jour (attention à ne pas avoir 2 antivirus actifs !). C’est également une excellente opportunité pour aller plus loin dans le geste, et d’en profiter pour bloquer les publicités sur votre ordinateur.

 

Si vous rencontrez des difficultés dans ces étapes de nettoyage et de sécurisation, nous sommes naturellement à votre disposition pour la réaliser de manière professionnelle et exhaustive avec notre prestation de Nettoyage.

 

Si toutes ces étapes ont été suivies, vous êtes normalement sorti(e) d’affaire. Vous n’avez pas contacté les escrocs, partagez autour de vous ces bonnes pratiques simples à appliquer afin de minimiser le nombre de leurs victimes.

 

 

J’ai appelé le numéro affiché sur mon ordinateur bloqué, et quelqu’un s’est connecté à distance, mais je n’ai pas payé : est ce que je suis piraté(e) ? Que dois-je faire ?

 

Vous avez appelé le numéro de téléphone affiché sur le pop-up de faux virus sur votre ordinateur. Vous avez été accueilli par un opérateur qui, dans certains cas, s’est fait passer pour un représentant d’une société reconnue comme Microsoft ou encore Norton Antivirus. Lors de cet échange, une prise en main à distance a été réalisée avec un logiciel spécialisé, comme TeamViewer (que nous utilisons chez Super Geek), AnyDesk ou encore LogMeIn. Ces logiciels sont tout à fait légaux et permettent à des sociétés de services informatiques classiques d’intervenir sur des ordinateurs et de réaliser des missions de dépannage informatique à distance. Dans certains cas, les arnaqueurs au faux support technique peuvent utiliser des outils moins répandus et moins sécurisés, qui leur donnent plus de liberté dans leurs actions.

 

A ce stade, il est important de continuer à ne pas paniquer. L’objectif de la plupart des escrocs au support informatique est de vous vendre une fausse prestation de dépannage informatique, qui a pour objectif de vous débarrasser d’un faux virus qu’ils ont eux même placé dans votre ordinateur. Toutefois, il peut arriver que certains opérateurs plus désespérés et encore moins scrupuleux tentent, lors des “diagnostics” et donc les échanges précédant la transaction, d’accéder à vos données confidentielles. Leur objectif est de récupérer des informations sensibles leur permettant soit de faire perdurer la menace dans le temps, soit d’accéder directement à des comptes potentiellement rémunérateurs (comptes en banques surtout). Ces recherches d’informations confidentielles ont rarement lieu lors de cette phase, mais cela peut arriver.

Alors, que faire pour se sécuriser suite à une prise en main sans avoir passé de commande ?

Tout d’abord, désinstallez proprement et complètement le logiciel qui a été utilisé pour la prise en main à distance. Sur certains paramètres que proposent ces logiciels , il est en effet possible qu’une prise en main soit lancée sans votre accord. Chez Super Geek, nous ne nous connections jamais à distance sur votre équipement, sans que vous ne validiez vous même la connexion.
Vous stockez des identifiants et mots de passe de manière non sécurisée dans votre ordinateur : si vous n’utilisez pas de gestionnaire de mots de passe et que vous stockez vos identifiants et mots de passe sur des fichiers (Word ou texte par exemple), vous devez modifier tous les mots de passe qui sont stockés de cette manière dans les plus brefs délais. Vous devez ensuite en profiter pour sécuriser définitivement vos mots de passe avec un gestionnaire de mots de passe, comme Dashlane.
Si, de la même manière, vous stockez des informations bancaires non sécurisées dans votre ordinateur (comme des informations de carte bancaire par exemple), vous devez rapidement faire opposition sur votre carte bancaire. Bien sur, s’il s’agit simplement de vos numéros de comptes, sans identifiants permettant de procéder à des opérations, ce n’est pas nécessaire.
Si vous n’arrivez pas à garder le contrôle de votre ordinateur ou suspectez une activité non conventionnelle sur votre ordinateur, faites appel à l’un de nos Super Geeks pour un diagnostic.

 

Si vous avez suivi ces étapes rigoureusement, vous devriez être à l’abri d’un éventuel retour de l’arnaque au faux support technique. Maintenant : vous avez payé une arnaque au faux support technique et ils ont pris la main sur votre ordinateur, que faire ?

 

 

Un faux technicien a pris la main sur mon ordinateur, j’ai payé 400€ : que faire ?

 

Vous êtes tombé(e) dans le piège tendu par les arnaqueurs, qui vous ont convaincu de la présence d’un virus dans votre ordinateur. Dans la plupart des cas, il vous est proposé une suite logicielle antivirus, accompagnée d’un pack (plus ou moins prestigieux) de support technique à distance, moyennant plusieurs centaines d’euros par an. Les prix varient de 100 à 1000€ pour les arnaques les plus évoluées. Après votre “diagnostic” et après avoir passé votre commande, la plupart des escrocs font bonne figure et transfèrent votre dossier à un prétendu technicien, qui interviendra pendant plusieurs heures sur votre ordinateur. Bien sur, la suppression du faux virus prend quelques minutes, et c’est pendant ces heures d’intervention que ces faux techniciens et vrais arnaqueurs vont installer sur votre ordinateur des logiciels variés. Souvent, des logiciels inutiles de “suivi de la performance” sont installés, et vous alertent lors événements sur votre ordinateur. Ils servent surtout aux escrocs à déclencher de nouvelles fausses alertes à distance sur votre ordinateur, afin de vous convaincre à nouveau de payer pour de nouveaux faux dépannages informatiques. Nos clients ayant eu à faire avec ces escrocs nous ont déjà conté plusieurs histoires de dépannages véritables effectués par les escrocs, comme des connexions d’imprimantes : n’oublions pas que ce sont des humains !

 

Alors que faire une fois vous être rendu compte de l’arnaque ?

 

La première chose à faire est de faire opposition sur votre carte bancaire pour éviter tout futur débit. Vous devez également demander un remboursement de la somme engagée à votre banque, en leur indiquant que vous allez déposer plainte contre l’escroc.
Cessez ensuite tout contact avec les escrocs, et suivez les étapes du paragraphe précédent. En cas de doute sur la sécurisation de votre équipement, nous vous recommandons de faire appel à un spécialiste. Nous pouvons vous assister dans la sécurisation de votre ordinateur suite à cet incident.
Ensuite, signalez l’escroquerie dont vous avez été victime sur le site du gouvernement prévu à cet effet.
Vous devez ensuite vous rendre au Commissariat de Police ou à la Gendarmerie pour déposer une plainte.

 

Nous espérons que vous n’avez pas subi trop de dommages lors de cette escroquerie.

 

 

Les dessous des arnaques au support technique : les méthodes et tactiques des escrocs

 

Les arnaques au faux support technique existent depuis une petite dizaine d’années, et se sont développées avec l’essor d’Internet. Les arnaqueurs se sont surtout, dans un premier temps, développé vers une cible anglophone (Etats-Unis, Royaume-Uni, etc). Contrairement aux idées reçues, ces arnaques n’ont pas systématiquement comme bases opérationnelles des sociétés offshore dans des pays étrangers. Elles sont parfois opérées depuis beaucoup plus près. Ainsi, la Floride est réputée pour accueillir un nombre non négligeable de structures peu scrupuleuses de ce type. Récemment en France, 2 personnes ont récemment été condamnées pour une fraude massive à l’arnaque au faux support technique. Voici, d’après nos propres informations mais aussi les enquêtes approfondies et audacieuses du Monde et du youtubeur Micode, ainsi que les nombreuses opérations de “Scam Baiting” (appât d’arnaqueurs) réalisées aux Etats-Unis par des justiciers du net, une plongée dans le modus operandi des arnaques au faux support technique.

 

Etape 0 : diffuser la menace initiale

 

La diffusion des programmes malveillants qui servent de support aux arnaques au faux support technique, permettant de faire apparaître un pop up intempestif, simulant une infection ou un virus sur un ordinateur, est probablement l’étape la plus technique. Des individus et “sociétés” en ligne se sont spécialisés dans la vente de programme malveillants de ce type, générant des appels sur des lignes téléphoniques. Ils créent le programme et le diffusent sur Internet en s’attaquant aux sites peu protégés. Certaines régies publicitaires, peu regardantes sur les contenus qu’elles aident à diffuser, sont également utilisées pour diffuser le code malveillant. C’est la raison pour laquelle les sites pornographiques, de streaming ou de contenus sensibles sont particulièrement exposés et dangereux, puisque les invitations au clic sont nombreuses. Les vendeurs des programmes vendent ensuite un “package” complet, comprenant un nombre garanti d’appels de victimes quotidien, avec des arguments marketing souvent scabreux. Ces programmes peuvent être achetés dans des groupes Facebook ou Whatsapp, ou certains sites spécialisés que nous ne partagerons pas ici, mais vous pouvez en voir un aperçu dans l’enquête de Micode. Le premier maillon de la chaîne est donc celui qui diffuse le code et vend les appels de victimes aux opérateurs.

 

Etape 1 : recevoir les appels et vendre du faux support

 

L’étape suivante est beaucoup moins technique et nécessite beaucoup plus de bagoût. Les appels de victimes sont dirigés vers des opérateurs qui ont pour objectif de se faire passer pour le support officiel de Microsoft ou tout autre acteur crédible du secteur. Une fois la “confiance” établie, les opérateurs s’assurent de maintenir la victime dans un état de crainte : en se connectant sur son ordinateur, ils réalisent des manipulations qui ne font aucun sens sur le plan informatique, afin de lui faire croire que son ordinateur est infecté, et que ses données sont menacées.

Lors de ces échanges, la plupart du temps, ces faux conseillers techniques vont confirmer l’infection de l’ordinateur de la victime. En prenant la main, ils vont renforcer la pression sur elle et tenter de lui faire peur en lui faisant croire qu’elle est sous la menace de pirates informatiques (ce qui est vrai, mais ils ne diront pas que la menace vient d’eux !). Ils iront par exemple, sous les yeux de la victime probablement impressionnée par cette avalanche de mauvaises nouvelles, lui montrer le nombre “d’erreurs” et d’alertes que détecte son système d’exploitation, dans l’observateur des événements : ils ne diront pas que ces erreurs et autres alertes sont tout à fait normales, et ne sont pas synonymes de la présence de virus ou d’autres menaces. A l’écriture de cet article, voici les derniers événements de notre ordinateur en excellente santé :

 

Observateur des événements

Un observateur des évènements tout à fait normal.

 

Ils iront peut être également, afin de rajouter une couche de terreur, lui montrer une liste étrange d’adresses IP sur un outil sombre et mystérieux appelé l’invite de commande. En tapant par exemple la commande “netstat” (une commande anodine listant des équipements connectés au réseau local d’un ordinateur), une liste d’adresses IP est obtenue. Les escrocs disent alors à leur victime que ces connexions distantes sont celles de pirates qui tentent d’accéder à l’ordinateur depuis l’installation du virus. Dans certains cas, les escrocs peuvent également coller des contenus encore plus inquiétants sur l’invite de commande, dont l’interface noire rajoute à la panique de la victime potentielle.

 

Commande Netscan sur l'invite de commande

Un netscan du réseau, tout à fait normal.

 

Il est alors souvent proposé à la victime un « package » qui comprend un logiciel avec une licence d’un an, accompagné d’un prétendu support technique, moyennant des tarifs très élevés de plusieurs centaines d’euros. Bien sur, le logiciel ne sert à rien, et il sert généralement de porte d’entrée cachée pour pouvoir manipuler l’ordinateur à distance. Le support quant à lui, est inexistant. En cas de résistance, les discours des opérateurs sont rôdés et scriptés afin de maximiser les taux de retours : il ne faut pas oublier que les gestionnaires de ces opérations achètent les appels, et ils doivent donc les rentabiliser. Chaque appel non transformé est donc un investissement et du temps perdu. Dans beaucoup de cas, la victime n’arrive plus à joindre le support une fois qu’elle a réglé sa commande.

 

Etape 3 : changer souvent de nom pour fuir la police et les “scam-baiters”

 

Ces opérateurs ont extorqué des centaines de millions de dollars et d’autres devises aux citoyens du monde entier depuis de nombreuses années. Bien sur, la lumière leur fait peur et les noms de leurs vitrines utilisées pour faire croire à leur bien-fondé sont régulièrement changés. Aux Etats-Unis, le FBI lutte contre ces organisations tentaculaires, au sein desquelles l’arnaque au faux support technique n’est qu’une manière parmi des centaines de gagner de l’argent sur le dos d’honnêtes citoyens. En France, le gouvernement a lancé la plate-forme Cyber Malveillance, qui a pour objectif d’assister les victimes d’actes de malveillance en ligne au sens large, et à laquelle Super Geek est adhérent.

Dans les pays anglophones, et depuis plus récemment en France, des communautés de “scam-baiters” (littéralement : appâteurs d’arnaqueurs) se sont créées : ils rivalisent d’ingéniosité pour déranger, harceler et parfois sérieusement gêner des opérations d’arnaque au faux support technique. Des chaînes YouTube (comme Jim Browning ou KitBoga aux USA,  dont le Scam Baiting est la spécialité, ou encore Sandoz en France, dans certaines vidéos) et Discord diffusent même en permanence des “scam-baits” : le milieu a ses propres stars, qui ont croisé le fer avec les opérateurs les plus véreux. Sur les forums Reddit, il existe également de nombreux canaux dédiés au harcèlement et à l’étude des arnaques au faux support technique. Nous invitons toutefois nos aimables lecteurs à faire preuve de discernement et de prudence lors de la découverte et d’une éventuelle participation à ces communautés.

 

Chez Super Geek, nous nous en tenons à ce que nous savons le mieux faire : dépanner nos clients sur leurs problèmes informatiques, en toute transparence et dans le respect total de leur confidentialité. Mais comment vérifier la fiabilité d’un prestataire en dépannage informatique ?

 

 

Arnaque au faux support technique : comment vérifier la fiabilité d’un prestataire en dépannage informatique ?

 

Cette question nous revient régulièrement, particulièrement de la part de nos clients récemment victimes d’une arnaque au faux support technique : “pourquoi vous faire confiance ?”
Nous allons donc passer en revue 7 points qui nous semblent importants afin de vous assurer de la fiabilité d’un prestataire en dépannage informatique. Attention : un prestataire qui ne remplit pas l’une ou plusieurs de ces caractéristiques n’est pas forcément malintentionné ! Ce sont des points de vigilance et de bon sens à partir desquels vous pourrez prendre vos décisions.

 

C’est vous qui trouvez le prestataire (et non lui qui vous affiche son numéro)

 

C’est l’un des points fondamentaux, en rapport avec le sujet de cet article : un service de dépannage informatique honnête n’affichera jamais son numéro de téléphone de manière intempestive et en même temps qu’une panne de votre ordinateur. En effet, un service fiable ne provoquera pas de panne sur votre équipement et donc n’aura pas l’occasion de le faire ! Les grands éditeurs de logiciels et de systèmes d’exploitation (Microsoft, Apple, Norton, Kaspersky, etc) n’ont pas d’accords avec des sociétés de support technique et de dépannage informatique, comme voudraient le faire croire les escrocs en ligne qui se sont spécialisés dans l’arnaque au faux support technique.

 

Le diagnostic est gratuit et sans engagement

 

Autre point important : la possibilité d’obtenir un diagnostic gratuit. Chez nous, tout le monde peut nous contacter pour obtenir un diagnostic de son problème, totalement gratuit et sans engagement. Nous proposons une prestation de dépannage à 70% des personnes qui nous contactent, et elles sont libres de commander ou pas la prestation. Dans les 30% des cas restants, les problèmes sont d’ordre matériels (que nous ne résolvons pas) ou sont trop simples pour justifier une prestation tarifée (nous réglons alors les problèmes très simples pendant le diagnostic).
Pendant le diagnostic, nous sommes transparents sur le niveau de gravité des problèmes rencontrés et rassurons nos interlocuteurs quand il le faut.

 

Le professionnalisme du processus de commande

 

La solidité du processus de commande et des modes de paiement proposés est un autre critère d’évaluation. Avant de passer une commande sur un site, vérifiez sur la barre d’adresse qu’il soit au minimum sécurisé : il doit utiliser le protocole https et non le protocole http. Sur certains navigateurs, un cadenas, confirmant un niveau de sécurité satisfaisant du site, sera présenté.

 

Site web sécurisé

 

De nos jours, la plupart des outils de paiement en ligne (comme PayPal et Stripe, qui sont des outils reconnus et que nous utilisons) ont des systèmes de détection des paiements frauduleux. Il est donc de moins en moins simple, pour des escrocs en ligne, d’utiliser ces modes de règlement.
Enfin, lorsque vous commandez une prestation, vous devez recevoir un email de confirmation de votre commande, un email de confirmation de débit de votre commande, accompagné d’une facture, ainsi qu’un avoir si votre commande vous a été remboursée.

 

Société européenne

 

Vous pouvez vérifier sur Internet l’enregistrement de la société avec qui vous interagissez. Nous vous invitons à être vigilant si vous ne commandez pas auprès d’une société européenne. S’il s’agit d’une société française, vous pouvez vérifier l’enregistrement de la société sur le site societe.com : voici un exemple avec la fiche de notre société Ubikwi SAS, qui opère Super Geek. https://www.societe.com/societe/ubikwi-811483924.html

 

Pouvoir assister à l’intervention

 

Un dépanneur informatique à distance doit redoubler d’efforts pour rendre ses actions compréhensibles par son client. La possibilité d’assister à l’intervention de dépannage et de profiter des explications du dépanneur, est un point très positif. Il permet au client d’apprendre des nouvelles techniques auprès d’un expert informaticien. Chez Super Geek, nous vous proposons systématiquement d’assister à notre intervention, et nos techniciens sont ravis de vous expliquer leurs actions et analyses au fil de leur dépannage !

 

Le Service Après Vente

 

Un autre signe de fiabilité important dans votre choix de prestataire en dépannage informatique est le service après vente. Les opérateurs des arnaques au faux support technique ne se payent généralement pas le luxe d’un SAV disponible et qui se soucient de votre satisfaction. Un SAV injoignable ou une incapacité chronique à pouvoir recevoir les signalements de problèmes est généralement un mauvais signe. Chez Super Geek, nous nous attachons à offrir à tous nos clients un SAV à l’écoute et disponible.

 

Les avis des clients

 

Tout prestataire de service, y compris ceux du dépannage informatique, se doivent de proposer à leurs clients de partager leur avis et leur niveau de satisfaction, sur leur site et/ou sur des sites tiers. Ainsi, la qualité de la note, les commentaires donnés par les clients, l’ancienneté et la régularité des avis sont d’excellents signaux permettant de choisir son prestataire de dépannage. Chez Super Geek, nous plaçons la satisfaction de nos clients au coeur de nos actions. Nous proposons à tous nos clients de déposer un avis sur notre site après leur dépannage. Ils peuvent également déposer un avis sur notre page Google. Nous sommes fiers de notre taux de satisfaction :

 

674 avis exprimés         Note moyenne = 4.8 / 5

 

 

Nous espérons que vous avez trouvé la réponse à vos questions dans cet article. Si vous avez été victime, ou pensez avoir été la cible, d’une arnaque au faux support technique, et que vous n’êtes pas certain d’avoir appliqué les bonnes méthodes de sécurisation, nous vous invitons à prendre contact avec nous pour un diagnostic complet. Vous pouvez nous contacter au 01.84.76.33.33 du lundi au samedi de 9h à 21h. Nous intervenons partout en France !

 

restons en contact

inscrivez-vous a notre newsletter pour etre informé(e) de l’actualité du dépannage informatique !